DURAN, peintre
Accueil.Expositions.Biographie.Presse.Catalogue 1.Contact.Galeries.

Parisien et New-yorkais fidèle,

il peint partout où il se trouve.... la nuit, sur chevalet, dessine directement, ne projette pas de photo, et n'utilise pas d'aérographe. Il emploie uniquement l'huile, le pinceau, peint toujours sur un fond bleu de Prusse, sûrement l’influence de la nuit et du ciel bleu lumineux au bord de la mer où il a un de ses ateliers...

Les oeuvres de Duran stimulent l'imagination du spectateur. Ses personnages sans tête, sont pourtant des portraits, il préfère les évoquer ainsi, par leur comportement, ils sont un puissant stimulus de la créativité du spectateur qui peut à sa guise imaginer le réel des personnages.

Il aime la sensualité de la couleur, celle aussi de la matière... - le reste n'est que support - la lumière qui s'en dégage, très rasante, il la soigne: cette immersion volontaire dans la lumière artificielle agit comme un révélateur qui ne retiendrait du sujet que l'essentiel, la sensibilité profonde et parfois cachée de ses personnages.
Les habits, la couleur à elle seule, sont des enveloppes charnelles dont chaque pli, cassure, en dit plus long sur celui qui les porte.
L’influence de New York où il vécut : au final la dominance d’une autre couleur, le rouge, le jaune, côté glauque ou violent, des rues et des néons, et l’atmosphère du jazz notée dans les titres de ses tableaux.

Il ne s'agit pas que de virtuosité, son combat est celui du pinceau, de la chair, de sa relation avec la toile, à la matière, au sujet. Cela se sent, se voit. Plus que le plaisir du regard, c'est celui du touché qui se manifeste avec force, le propos est physique, au delà de l'évidence, un tissu, une veste...Hors de toute objectivité, il aura dépeint ses contemporains.

mentions légales & crédits -- Duran "Tous droits réservés" --